Vivre avec une MST implique la responsabilité de se protéger soi-même ainsi que son partenaire d’une infection ultérieure ou d’une complication, cela implique idéalement d’en parler avec son partenaire, de se faire diagnostiquer régulièrement et de faire un suivi rigoureux ainsi que d’appliquer des règles strictes de protection lors des rapports sexuels, et de traitement même si ce n’est pas toujours évident. Trouver le courage d’adopter ces bonnes mesures permet de gérer la maladie sans conséquences notables sur la vie du malade et de son entourage.

Comment faire face à son MST ?

Faire face à une malade sexuellement transmissible est difficile, mais il faut garder certains principes en tête pour mieux affronter cette situation

Ne surtout pas se blâmer

Quelles que soient les circonstances de contamination la pire chose à faire serait de se lamenter sur son sort et de vivre dans le regret ou le déni, il faut accepter que ce qui est arrivé est arrivé peu importe les raisons, il faut se servir de la situation comme leçon et trouver la force  pour bien gérer sa maladie.

Se référer à un expert

C’est-à-dire un médecin traitant qui est la seule personne en mesure de rassurer le malade, de fournir des informations fiables et surtout de savoir traiter le patient, les médecins généralistes ou spécialistes sont à cheval en ce qui concerne les nouveaux traitements des MST qui émergent en permanence, et sauront choisir le traitement adéquat pour chaque cas.

Ne jamais se référer à internet

En ce qui concerne une MST, les informations qui s’y trouvent peuvent vous induire en erreur, risquent de vous affoler quand il n’y a pas à s’inquiéter et sont capables de prêter à confusion lorsque la solution est en réalité très simple et que le protocole de traitement est bien codifié.

En parler à une personne qu’on aime

Il faut en parler à une personne en qui on a confiance, c’est un geste très important, ne pas hésiter à se procurer du support émotionnel et moral de la part des personnes qui sauront ne pas juger et apporter de l’aide au malade pour sa guérison ou la stabilisation de son affection.

Les bons gestes à adopter

  • Prévenir son partenaire actuel et précédent de son diagnostic même si cela peut s’avérer difficile, il est possible maintenant d’utiliser des services en ligne qui permettent d’envoyer des messages anonymes.
  • S’assurer d’avoir recours à la protection nécessaire lors des rapports sexuels qui doivent être protégés, grâce aux préservatifs afin d’éviter toute contamination de son partenaire.
  • Suivre son plan de traitement à la lettre, que la maladie soit curable ou incurable et quel que soit le traitement prescrit par le médecin traitant.

Garder en tête que votre diagnostic ne vous définit pas

Même si la maladie s’avère chronique et incurable, il est possible de vivre une longue, heureuse, et enrichissante vie malgré le diagnostic.